Prix Goncourt, dernière sélection 2009

La dernière sélection du Prix Goncourt a été annoncée le mardi 27 octobre par l’académie Goncourt. Le prix sera attribué le 2 novembre.

Aucun ouvrage en commun parmi les dernières listes publiées par les jury des prix Goncourt, Femina et Renaudot.


Commandez ce livre
Commandez ce livre
Laurent Mauvignier
Des hommes
Ed. de Minuit
Marie NDiaye
Trois femmes puissantes
Gallimard


Commandez ce livre
Commandez ce livre
Toussaint Jean-Philippe
La Vérité sur Marie
Ed. de Minuit
Delphine de Vigan
Les heures souterraines
JC Lattès


Quel est votre favori ?

> Voir les Statistiques sur les sélections

Source : AFP via TV5


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Trois vrais grands écrivains en lice, plus la brave Delphine de Vigan avec son brave roman pour représenter le groupe Hachette. Qui va l'emporter ?

Anonyme a dit…

Deux femmes contre deux hommes.
Un Latttès-très-souvent-oublié-des-compét'.
Deux Minuit : deux fois le haut du pavé de l'élégance... Après P.O.L, est-ce que ça ne ferait pas TROP élégant ?
Un-Gallimard-qui-ne-l'a-déjà-que-TROP-eu-ces-dernières-années.
Mais Marie N'Diaye est une femme.. ça fait TROP longtemps, aussi, qu'elles manquent à l'appel des lauréates (et Delphine, alors ?).

Deux livres "engagés" (Marie & Laurent), un Jean-Philippe de littérature "pure" (et une Delphine d'entre les eaux).

Peut-on remporter le prix grâce à son prénom ? (Delphine, bien sûr !)

L'Ours

spineur a dit…

Les titres des éditions de Minuit ont pour moi la palme de la modernité. Et la modernité et le prix Goncourt ca va pas trop ensemble.

Laurent

anonyme a dit…

"Les Heures Souterraines" de Delphine de Vigan est un roman d'une sensibilité rare. Comment un grain d'humanité arrive-t-il à sauver un être face à une montagne de perversion et de jalousie? Ce livre est un combat contre les voleurs d'âmes. Il illustre la souffrance qui règne dans les entreprises actuellement. Le lire permettra d'éviter tous les abus arbitraires qui poussent certains salariés jusqu'au suicide. Avec le Goncourt, les jurés montreraient qu'ils sont interpellés par cette actualité révoltante.

anonyme a dit…

J'ai des difficultés à associer "brave" et "Delphine de Vigan". Ce commentateur s'attaque l'écrivain en résumant sa personne par un mot méprisant, brave. Il n'a pas lu le livre. Les heures souterraines est un roman grave (il suffit de changer une lettre) qui nous fait pénétrer au cœur d'une machine broyeuse. Rien que ça ! C'est surtout un texte magnifique. Lauréate ? Delphine de Vigan ? Waouh, génial ! Mais elle est chez Lattès, alors...

Anonyme a dit…

Delphine de Vigan est certes, chez Lattès, mais par conséquent dans l'écurie Hachette (Grasset, Stock... - tiens, d'ailleurs, aucun de ces éditeurs n'est étrangement représenté, cette année, dans la liste finale...). Et, bon, LITTERAIREMENT (c'est ce qui compte, en théorie), son roman est TRES loin derrière ceux de Mauvigner, Ndiaye et Toussaint. C'est l'équivalent d'une fiction télé des mercredis du service public. Le couplet de "l'humanité", etc., ça nous a déjà valu l'an passé Fournier avec l'ignoble "Où on va, papa ?" - je me souviens d'un excellent papier e Claire Devarrieux, dans Libé, l'an passé, à ce sujet... La noirceur et la gravité n'empêche pas une certaine forme de niaiserie.